Association des pêcheurs de Longueuil Association des pêcheurs de Longueuil
62 membres9 avril 2020

Vous êtes ici :

Chroniques

La pêche à la perchaude à la gigs

Les professionnels nous parlent rarement de la pêche à la perchaude. Pour les pros, se faire photographier avec une perchaude de 1 livre, ça n'apporte pas autant de prestige pour eux qu'un doré de 8 livres, un brochet de 24 livres ou un achigan de 5 livres. Ces dernières prises renforcies beaucoup plus l'image d'être reconnu comme un bon pêcheur.

Pour ma part, j'aime bien la pêche au doré et à la truite car j'ai appris quelques techniques qui facilite les captures, mais si je suis un passionné de la pêche, c'est avec la pêche blanche à la perchaude l'hiver.

Comment est-ce possible d'aimé la pêche à la perchaude si à toutes les fois que tu y vas, tu n’en prend quelques unes ou tu reviens bredouille. Au cours des années, j'ai appris à la pêcher principalement en regardant les autres. J'ai observé et j’ai compris pourquoi il y a des pêcheurs qui prennent toujours leurs limites avec aisance et d’autres qui n’en prennent pas aucune.

Premièrement, l'équipement, il faut avoir de bons outils. Certains vont pêcher la perchaude avec de l'équipement pour le doré ou le brochet. Le menuisier n’a pas les mêmes outils qu'un plombier. Donc la première chose à se procurer, c'est la canne à pêche. Celle-ci doit être flexible et légère, voir même très légère et d’une longueur de 24’’ à 30’’ avec un moulinet le plus léger possible également.

Deuxièmement, le monofilament (ou la corde). Moi, je pêche avec de la 4 livres test. Il y a des pêcheurs qui utilisent de la 2 livres test et même du fil à coudre, le but est simple, il faut que se soit délicat pour bien sentir le poisson.

Bien sûr n'importe quel équipement sera utilisé avec succès quand la perchaude est agressive et attaque tout sur sont passage. Là vos chances d’une bonne pêche sont assuré car elle vient à se piquer elle-même à l’hameçon, mais ce n'est pas toujours le cas surtout à la pêche blanche.

Le poids est très important et voici la raison, plus votre canne et votre fil sera léger, plus vous ressentirez l’action lorsque la perchaude mord à votre offre en ne donnant aucun coup et qu'elle ne fait que bouger la corde. Si votre équipement est trop lourd, vous ne ressentirez rien et celle-ci s'apercevra qu'il ne s'agit pas d'un vrai appât qu’elle crachera sans revenir. Vous vous direz alors que ça mord pas et le lendemain c'est la même chose… en bout de ligne, vous ne pêcherez plus.

Je ne suis pas un expert mais, même s'il y a des jours où la perchaude ne veut pas mordre, je vous assure que je fais tout pour l'intéresser à ce que je lui offre. Au niveau des appâts, si j'ai la bonne technique, je peux mettre à peu près n'importe quoi après mon hameçon; mes nymphes, asticots, petits bouts de vers, ménés ou même un bout d’étoffe… tout est bon.

L'important est qu'il faut varié les hauteurs de l'offrande à partir du fond. On commence toujours au fond en remontant de quelques pouces à la fois. La perchaude peut se trouver à différentes profondeurs, dépendamment des fonds et de l'endroit qu'on pêche. L'objectif est la trouver, de l'agacer et piquer sa curiosité afin de la piquer à l'hameçon.

Donald Langlois


Retour à la liste

 Merci à nos commanditaires

Sail Pourvoirie Réservoir Boismenu Pourvoirie du Deziel Pavillon de l'esturgeon

Accueil | Association | Quoi de neuf? | Pêche urbaine | Coin du pêcheur | Contactez-nous
 Dernière mise à jour : 19 décembre 2016 Il y 28 visiteurs en ligne  

Supporté par Goliath Stratégies Inc. | Contacter l'administrateur du site